ارسل ملاحظاتك

ارسل ملاحظاتك لنا







La Cour Constitutionnelle Tunisienne: Etude Comparative avec le Conseil Constitutionnel

العنوان المترجم: The Tunisian Constitutional Court: A Comparative Study to The Constitutional Council
المصدر: مجلة دراسات قانونية
الناشر: جامعة صفاقس - كلية الحقوق
المؤلف الرئيسي: Abdmouleh, Maher (Author)
المجلد/العدد: ع24
محكمة: نعم
الدولة: تونس
التاريخ الميلادي: 2018
الصفحات: 109 - 138
DOI: 10.38167/1474-000-024-015
ISSN: 0330-5635
رقم MD: 1038222
نوع المحتوى: بحوث ومقالات
اللغة: الفرنسية
قواعد المعلومات: IslamicInfo
مواضيع:
رابط المحتوى:
صورة الغلاف QR قانون

عدد مرات التحميل

9

حفظ في:
LEADER 02456nam a22002297a 4500
001 1775485
024 |3 10.38167/1474-000-024-015 
041 |a fre 
044 |b تونس 
100 |9 562951  |a Abdmouleh, Maher  |e Author 
242 |a The Tunisian Constitutional Court:  |b A Comparative Study to The Constitutional Council 
245 |a La Cour Constitutionnelle Tunisienne:  |b Etude Comparative avec le Conseil Constitutionnel 
260 |b جامعة صفاقس - كلية الحقوق  |c 2018 
300 |a 109 - 138 
336 |a بحوث ومقالات  |b Article 
520 |d La question de l’effectivité d’un contrôle de la constitutionnalité des lois en Tunisie demeure un problème grondant et ce malgré le changement substantiel intervenu au niveau politique et au niveau du statut de la future Cour Constitutionnelle par comparaison à l’ancien Conseil constitutionnel. De par sa composition, il s’avère que les politiques n’ont pas pu quitter le réflexe consistant à vouloir exercer une mainmise sur la Cour. Cette volonté se vérifie via la nomination des quatre membres par le président de la république. De surcroit, le désaccord ahurissant entre blocs parlementaires pour élire quatre membres témoigne à son tour de cette volonté passéiste et met en échec sa création. Mise à part ce problème de fond dont dépendra le fonctionnement de la justice constitutionnelle (combien convoitée), ainsi que certaines questions extrêmement sensibles relatives entre autres à l’interprétation d’une constitution déjà schizophrénique, s’ajoute des problèmes d’ordres pratiques, notamment l’engorgement de la Cour par le biais des recours a priori et a posteriori. A ce titre, plusieurs questions ne peuvent que nous interpeller . - Y-a-t-il des solutions pour désengorger la Cour par les nombres de recours? - Comment la Cour va se positionner par rapport à la question de l’immixtion des politiques et notamment par rapport au pouvoir exécutif? – Et enfin, quand estce que la Cour va voir le jour et comment? 
653 |a المحاكم الدستورية  |a القانون الدستوري  |a القوانين والتشريعات  |a تونس 
773 |4 القانون  |6 Law  |c 015  |f diràsàt qānūniyaẗ  |l 024  |m ع24  |o 1474  |s مجلة دراسات قانونية  |t Journal of Legal Studies  |v 000  |x 0330-5635 
856 |u 1474-000-024-015.pdf 
930 |d y  |p y  |q n 
995 |a IslamicInfo 
999 |c 1038222  |d 1038222